Archive for the ‘Il était une fois…’ Category

Les Sentinelles de la Nuit sont toujours là…

Chers lecteurs et lectrices

Après un temps d’accalmie, nous revenons vers vous.
Accalmie ?… J’ai osé dire accalmie ?

Ce n’est pas parce que nous sommes restés silencieux plusieurs mois, – déjà je m’en excuse -, que la situation s’est améliorée… Que du contraire !

Thermos  a fermé ses portes début mai. Logique, pensent certains, au vu de la clémence du climat… Détrompons-nous ! Les revoilà ceux qui, abrités l’hiver dernier (pour les plus chanceux…) se retrouvent à nouveau à la rue ! Ce n’est pas parce qu’il fait chaud et sec dehors, que la situation des sans-abri est plus enviable ; que du contraire !

Qui ne prend pas des vacances méritées lorsque le temps, et le temps, et les moyens le permettent.
Ainsi, plusieurs associations, à vocation sociale et humanitaire, ferment une ou deux semaines au cours de l’été. C’est sans reproche, bien sûr ! Si le personnel, professionnel comme bénévole, n’avait pas la possibilité de souffler et de recharger ses batteries, il serait sur les genoux, ou aurait abandonné ce travail, rarement valorisant. Pendant ce temps, les sans-abri sont toujours là, de plus en plus nombreux, sous la pluie ou par temps sec, ou sous un soleil torride…

Fin mai, début juin, il ne fut pas rare que nous rencontrions près de 60 d’entre eux, sur quelques heures, le soir dans la rue. Ainsi notre association, qui tourne toute l’année, est de plus en plus souvent mise à mal.

Notre but premier est en effet l’écoute et le réconfort moral,  de ces écorchés de la vie, tombés si bas, qu’ils ne savent plus se relever seuls ; et cela, le temps d’une rencontre. La situation de précarité extrême de la plupart d’entre eux, nous a incité, dès la création de l’ASBL,  à aller à leur rencontre, non pas les mains vides, mais avec café, collation, chaussettes, etc… Cela nous paraissait tout-à-fait logique et respectable.

Aujourd’hui, confrontés à une population marginalisée, de plus en plus importante, la situation est en train de s’inverser. L’écoute s’amenuise au bénéfice du ravitaillement de ces malheureux qui, pour la plupart, sont en situation de grande détresse.

Accompagnez-nous, via ce blog.
Restez à l’écoute de nos besoins ; de leurs besoins.
N’hésitez pas à laisser un commentaire.

Merci de votre soutien
André,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EXPERIENCE VECUE HIER AU SOIR

Bonsoir les sentinelles

Hier au soir nous avons vécu  lors de notre tournée LE BUT des sentinelles de la nuit. Après avoir discuté avec un Sans Domicile Fixe, celui ci s’est confié sur sa situation actuelle concernant ses quatre enfants (qui doivent fuguer pour le voir) ainsi que sur le décès (douteux )de son épouse. Il était là à parler; nous étions à son écoute. Une atmosphère de confiance s’est installée entre le Sans Domicile Fixe et une sentinelle. Les deux ÊTRES HUMAINS ÉTAIENT EN OSMOSE. Ils ont fini en larmes, et nous étions là à les regarder. Un grand MERCI a gratifié la sentinelle par qui cette action s’est déroulée sous nos yeux. Je n’ai pas vécu de pareils cas depuis longtemps.

Je souhaite un pareil partage a toutes les sentinelles de la nuit.

Alors MERCI ANDRE ET A TOUTES CELLES ET CEUX QUI ONT PERMIS QUE LES SENTINELLES EXISTENT

martial

Il était une fois

« C’est quoi une sentinelle  ? » demanda-t-elle le doigt relevé.
(J’étais dans une classe de  5ème année primaire, et je répondais aux élèves au sujet de notre asbl « Les Sentinelles de la Nuit »)

A l’Armée,  une sentinelle est un soldat qui défend un territoire,
un domaine, un point stratégique, en y empêchant l’accès.

On pourrait méditer sur les manières de se comporter et d’agir en matière de défense.
D’une part, on dira que la sentinelle surveille et interdit…
D’autre part, on pourrait dire que la sentinelle veille sur et protège…
C’est donc cette dernière image, qui a touché l’esprit des bénévoles qui créèrent, un certain 25 février 2009 les Sentinelles de la Nuit,

* * *

Les Sentinelles de la Nuit sont à l’image des soldats de la paix :
Elles veillent sur les sans –abri, le soir, dès la tombée de la nuit, en leur apportant un peu d’humanité et en se mettant à leur écoute

Notre étendard : Un hibou bien-veillant aux grands yeux comme deux lunes pleines, éclairant et réchauffant  ceux qui sont dans le noir et qui ont froid. Une chouette idée, non  ?
Depuis lors, presque chaque soir, c’est la tournée des Grands-ducs !

* * *

Chers lecteurs et lectrices, nous vous inviterons quelquefois,
à lever le pied ou plutôt les yeux, pour nous suivre, sur ce blog qui vous dévoilera avec beaucoup de sensibilité et de  justesse, mais sans complaisance, les rencontres souvent tristes, mais paradoxalement valorisantes, pour les uns comme pour les autres, que nous sommes amenés à faire, au gré de nos tournées..
Si le cœur vous en dit, ne manquez pas ces rendez-vous !

C’était une présentation des Sentinelles de la Nuit :
Oui :
« Veiller et se porter à l’écoute de ceux que l’on n’écoute plus, parce qu’ils vivent hors des normes que notre société à imposées ».

Chemin faisant, nous nous sommes vite rendu compte que l’écoute ne suffisait pas toujours…
Dans un prochain « Il était une fois… » nous ferons avec vous, un pas de plus dans notre démarche d’humanisation des sans-abri en quête de bien-être.