L’hiver approche…

Chers sympathisants

Il est bon de se rappeler régulièrement que la pauvreté dans des villes comme Liège ne régresse pas, bien au contraire. Les Sentinelles de la Nuit poursuivent inlassablement leurs tournées du soir pour apporter, ne fusse qu’un sourire, une présence, une oreille attentive… aux personnes de la rue.
Bien sûr, nous essayons aussi d’ apaiser quelque peu leur faim car il est bien connu qu’un ventre affamé n’a pas d’oreilles ! Les trouvant en profonde détresse, nous ne cessons de leur fournir des habits de rechange propres. Mais tout cela coûte de plus en plus d’argent. Si au début, nous ne rencontrions que 15 ou 20 personnes, aujourd’hui, il n’est pas rare d’en croiser 35 et même plus… Et ce n’est pas toujours les mêmes !
C’est pourquoi, nous sollicitons, une fois encore votre bienveillance.
En matière de vêtements, comprenez que nous ne pouvons tout accepter. Voici une liste de textiles dont nous aurons toujours besoin :
– linge de corps non usagé (boxers, T Shirt et chaussettes)
– chaussures basket / bottines de marche en bon état
-pantalons en jeans
– sacs à dos et grands sacs plastic de transport
– mouchoirs en papier
– bougies basses (style chauffe-plat ; celles d’Amnesty International et bougies « neuvaines »

et pour l’hiver qui approche tout doucement
– couvertures
– sacs de couchages
– gants, bonnets, écharpes
– pull-over chauds
– vestes chaudes

Si vous avez des vêtements à leur offrir, contactez-nous :
– 0472 / 087474 (Gui)
– 0491 / 591993 (André)
– par courriel : sentinelles°live.be

Vous pouvez aussi nous soutenir financièrement, par un don au 751-2041128-94
En vous remerciant d’avance

André

Ci-dessous, le témoignage récent d’une de nos sentinelles, après sa tournée du soir.

 » Ce fut une tournée bien » arrosée » mais très sympathique.
 » Nous n’avons rencontré que 14 personnes alors qu’il n’est pas rare,
 » certains soirs, d’en croiser plus de 30. Il faut dire que la pluie tombait sans  » discontinuer et que nos amis ont sans doute cherché refuge.
 » Deux collègues sont venus préparer les tartines pour notre plus grande
 » satisfaction. Encore un grand merci.

 » Dès notre sortie du local, nous rencontrons trois sans-abri. Quelle                  » coïncidence alors qu’on se demandait justement samedi dernier ce qu’ils   » étaient devenus. Ils ont l’air en forme.
 » Le 1er va partir en octobre au Maroc pour y « convoler »… rien que cela!         » Bien sûr, comme nous, ils ont aussi le droit de rêver et de vivre.
 » Le 2ème a coupé ses cheveux et, malgré ses 1200 euros par mois ne              » saurait, nous dit-il, se trouver un logement. A ce stade du « vagabondage »,  » sont-ils encore prêts à s’enfermer entre 4 murs?
 » Le 3ème lui, ne fait toujours pas l’unanimité au sein de ce petit groupe :       » Les autres semblent juste le tolérer. .
 » Nous passons un bon moment en leur compagnie et j’en profite pour leur  » donner pantalon, pull et chaussures.

 » Nous décidons de changer les habitudes et de commencer la tournée par  » l’évêché. Pourquoi ?
 » Pour ne pas être « pris d’assaut » par un groupe trop important d’affamés.  » Notre but premier restant l’écoute.
 » Nous y retrouvons l’homme des bois qui est ravi de nous voir et d’avaler 3  » tasses de café tout en papotant.
 » Cela faisait longtemps… Il ne séjourne plus dans les bois et nous parle à       » nouveau de ses velléités de départ pour Paris. Il raconte son enfance, sa    » compagne… ses boulots.

 » Un peu plus loin, deux dames sont déjà couchées sur leur paillasse de          » fortune, mais l’idée d’une bonne soupe et du reste, les éveille sur le                » champ. Elles dévorent tout ce qu’on leur propose.
 » Il semblerait que le compagnon de l’une d’elles sort aujourd’hui de prison.  » Il s’ensuit quelques blagues grivoises de la part de celle qui attend son         » retour.

 » Viennent à passer deux jeunes filles qui leur disent habiter le coin. Elles       » déposent de la soupe et des tasses et proposent de venir régulièrement     » s’enquérir des besoins de nos deux amies. Très Sympa!

 » Vinave d’île, un petit groupe de cinq nous apostrophe, accompagné de       » nos deux préparateurs de tartines de service. Tout ce petit monde est        » affamé et cependant de très bonne humeur. Parmi eux, un couple fort        » discret, qui ne s’éternise pas.
 » Nous rejoint alors un français : l’ ex ami d’une connaissance de la rue.           » Malheureusement, ils sont en froid et nous ne verrons pas ce dernier.
 » Que viennent donc faire de beaux petits jeunes comme eux à Liège ? … On  » s’en doute, mais on voudrait remonter un peu le temps et les guider sur     » une autre voie.

 » Nous continuons vers la place Saint Lambert, tourniquons dans                      » différentes rues, mais nous ne voyons plus personne.
 » Au retour, Pont d’Avroy, une vieille connaissance, mais encore si jeune ! Il   » fait la manche. Il n’a pas de veste et est trempé : c’est lamentable. Il nous   » dit avoir déjà mangé mais on voit à quel point il est en panique de ne pas  » arriver à trouver l’argent nécessaire pour sa drogue. Quel fléau!

 » Rue Trappé, nous nous arrêtons près d’ un habitué, couché à sa place          » habituelle. Pas brillant pour lui non plus. Il nous parle de sa maladie              » incurable et semble totalement désabusé. On le serait à moins.
 » Que faire pour des personnes comme lui?
 » On rentre au local avec une ombre sur le coeur. Est-ce permis de rentrer      » chez soi bien au chaud quand des personnes seules et très malades             » dorment à même le sol…?
 » Toujours le même sentiment et pas de vraie réponse.

Publicités

2 responses to this post.

  1. Posted by Crickx Paul on 21 octobre 2013 at 22 h 09 min

    André, Peux-tu me donner le numéro Iban du compte bancaire sur lequel je me propose de verser une (petite) somme.
    Paul Crickx.

    Réponse

    • Posted by André on 22 octobre 2013 at 14 h 36 min

      Bonjour Paul.
      Tu as deux possibilités :
      – soit sur le n° de compte des sentinelles : BE87 7512 0411 2894
      – soit pour les donateurs qui souhaitent bénéficier de la déduction fiscale, nous suggérons le virement sur le compte de Caritas Secours : BE04 2400 8007 6231; avec en communication : souhaite aider les Sentinelles de la Nuit.
      Un grand merci à toi Paul.

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :