Offrons des fleurs à toutes les mamans, qui ne seront pas fêtées aujourd’hui.
Une pensée aussi à tous ceux et toutes celles qui n’ont plus de maman à fêter.

Une maman en moins, c’est un vide qui ne se comblera jamais.
Il est une maman, – la plus célèbre des mamans de notre ère -, que l’on invoque souvent  lorsque la vie devient trop pénible,  à défaut de pouvoir appeler sa propre maman au secours.

A ses pieds, Georges Brassens dépose tous ses soucis, mais lui offre aussi ses lendemains heureux !   Un large panel de souffrances offertes dans lequel  nos amis de la rue peuvent se reconnaître.

Publicités

One response to this post.

  1. je me sechanson set ma vie danvan sa me rapelle dens jour et la muit je reget les saizou dans le sele set mimi le printan il chante bin les saizou kikiki kikoukoukikikou

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :