Pensées glanées ci et là

Posons-nous également cette question, à propos des sans -abri que nous rencontrons :
« Est-ce que, à travers nos actions, la population la plus pauvre a pu gagner en liberté, en responsabilité, en fraternité ? » Joseph Wresinski, Fondateur ATD Quart Monde

…en fraternité, certainement !

 » Notre monde actuel est,
plein de bruit qui nous prive  du silence, et de moyens de communications
qui nous isolent, nous enferment dans notre intérieur.

Le silence crie pour se faire entendre, surtout s’il vient du pauvre. »
(Clermont Fortin Saint-Vincent de Paul – Canada)

 » Un sourire coûte moins cher que l’électricité, mais donne autant de lumière »
(Abbé Pierre)

 » Un homme n’est jamais si grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant »
(Pythagore)
Un sans-abri, n’est-il pas à l’image de ce petit enfant, qui aimerait qu’on l’aide à se tenir debout ?

Publicités

7 responses to this post.

  1. Posted by guillaume rita on 31 mars 2011 at 23 h 47 min

    oui, tu as raison André ! Le sans-abri est comparable à un enfant …
    Merci de nous le rappeler justement en ce temps de carême, temps de fraternité …
    Le Christ était proche des petits …

    Réponse

  2. Posted by Andrée on 7 avril 2011 at 17 h 57 min

    « Comparable à un enfant »? c’est à dire ?
    Irresponsable ? Incapables de se prendre en charde ? A protéger, d’eux-mêmes et des autres ?
    N’est-ce pas justement cette tendance à infantiliser les gens de la rue qui contribue à les empêcher de s’en sortir ?

    Je ne pense pas à vous en écrivant ça (je sais que vous êtes tous de bonne volonté), je pense plutôt aux services du CPAS ou de la Ville de Liège qui sont en contact avec des SDF particulièrement l’urgence sociale, qui est probablement le pire à ce niveau là).
    Imaginez que vous vous adressiez à un service public; vous vous présentez à l’accueil, et on vous répond: « oui, assieds-toi là et attends. Surtout tu ne t’en vas pas, hein! »
    Et tous ceux que vous rencontrez vous parlent de la même façon, comme si vous étiez complètement illettré, ou comme à un enfant.
    Pourtant, peut-on imaginer que des gens en difficulté parviennent à s’en sortir sans, au moins, un minimum de confiance et de respect ?

    Ou fallait-il comprendre « comparable à un enfant » dans le sens de pur, innocent ?
    Là non plus je ne suis pas d’accord, parce qu’il ne faut pas tomber dans l’angélisme: le monde de la rue n’est ni meilleur ni pire que la société en général. La seule différence, finalement, c’est qu’il est moins hypocrite: dans la rue, on ne peut pas mentir longtemps, ni aux autres, ni surtout à soi-même.

    Réponse

    • Posted by André on 15 avril 2011 at 0 h 09 min

      Quand je compare un sans abri à un enfant, qui aimerait qu’on l’aide à se tenir debout, ce n’est pas du tout de l’angélisme, Andrée. Ce n’est pas non plus l’infantiliser. C’est plus simple et plus subtil à la fois. C’est simplement reconnaître que les sans-abri(pour une grosse majorité)sont tombés tellement bas; qu’ils ont un passé tellement lourd et qu’ils sont tellement meurtris que seuls, ils ne sauraient s’en sortir. Ils ont besoin d’une main secourable et d’un accompagnement appelé à durer. C’est là que réside la comparaison avec un enfant !
      Comme un enfant a aussi besoin d’une main secourable… parce qu’il ne sait pas encore se débrouiller seul : Le sdf lui (à cette nuance près) ne sait plus s’en sortir seul.
      l’enfant aime se faire gâter; il aime accaparer toute l’attention de ceux qui s’occupent de lui (égoïstement, puisqu’il ne connaît pas encore le monde extérieur). Pour le sdf, c’est pareil : Lui, est rejeté par la société et se retrouve donc dans la même situation affective que celle d’un enfant demandeur de câlins (je pense surtout à l’enfant qui se croit dépossédé de l’amour maternel par la venue d’un petit frère ou d’une petite soeur).
      Enfin, si l’esprit de l’enfant est ouvert et malléable jusqu’à l’âge de 6 ans (dit-on), j’aime à croire que l’esprit embrumé et à saturation du sans-abri, peut encore s’ouvrir à la personne qui se présente à lui en le prenant par la main, lui faisant comprendre qu’un bonheur est encore possible, et qu’elle peut l’aider à trouver le bonheur (ou le retrouver…)
      le coeur du sans-abri (comme celui des personnes âgées) redevient comme celui d’un enfant. Tu sais que, ce dont le sdf souffre le plus, c’est d’un amour, jamais ou mal reçu !

      Voilà ce que j’ai voulu dire…
      Maintenant, est-ce que cela t’a convaincu ? Je reconnais que c’est assez compliqué comme raisonnement!

      Ceci pourrait peut-être -en ce moment-, faire comprendre cela à Chantal !

      Réponse

  3. Posted by Andrée on 18 avril 2011 at 13 h 49 min

    Oui, vu comme ça je suis finalement assez d’accord. A ceci près que certains ne sont même plus demandeurs de rien, n’attendent plus rien de personne. Et que parfois, la vie est un fardeau que tu ne peux pas porter à leur place. Tu peux juste leur donner l’illusion passagère qu’il est un petit peu moins lourd. Mais ce n’est qu’une illusion, et ça n’a qu’un temps…

    Réponse

  4. Posted by André on 18 avril 2011 at 23 h 34 min

    J’ai difficile à imaginer qu’une personne ne soit plus demandeur de rien ! Est-ce possible ? C’est bien triste, alors !

    Réponse

  5. Posted by Andrée on 21 avril 2011 at 14 h 22 min

    Triste ? Probablement.
    Je ne sais pas si c’est la lassitude,ou trop de lucidité, mais il arrive toujours un moment où rien ne sert plus à rien, parce que dès qu’on règle un petit truc, un plus gros te tombe dessus.
    Alors, que demander à qui, et surtout pourquoi ?

    Réponse

    • Posted by André on 21 avril 2011 at 23 h 18 min

      Je crois que c’est la différence qu’il peut y avoir entre un croyant et un non-croyant : Le premier peut encore s’accrocher à sa foi en Dieu… Je m’arrête là, parce ce blog doit rester neutre. Maintenant Andrée, si tu veux pousser plus loin la réflexion sur ce terrain, je te suggère de le faire en privé, par e-mail.

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :